Pages

vendredi, juin 09, 2006






Sous toutes ses formes et avec tous les outils, il n'est aucune toile qui ne provienne d'une recherche graphique incessante, comme si le dessin figurait une piste de lancement, une longue traversée qui s'élance vers la couleur.
Preuve que le dessin flirte avec l'écrit puisque dessiner, lire, écrire ce que tout ça donne à penser, sont des activités qui se conjuguent toujours en même temps.
Peindre ouvre ensuite la place à l'idiotie fuyant les mots et toute sémantique raisonnée par avance.
Dessiner d'un trait le mouvement, la présence de la lumière, c'est unpur travail de funambule à couper le soufle. Et pourtant, qu'est-ce que je fume alors !